Les réaction du corps face au stress

A l’image des toxines, le stress est néfaste au bon fonctionnement de notre organisme

Pour bien réaliser que le stress agit sur l’ensemble du corps, voici répertoriés quelques-uns de ces effets sur différents organes :

Le cerveau

Dès que le cerveau perçoit l’agresseur, il met l’organisme en état d’alerte générale. Le cortex, stimulé par le système limbique qui a gardé en mémoire le souvenir d’autres agressions, envoie alors un message au centre de contrôle, l’hypothalamus.

Cette zone, située  à la base du cerveau, propage le signal dans les nerfs sympathiques pour provoquer la libération d’adrénaline au niveau des glandes surrénales et de noradrénaline aux terminaisons nerveuses.

Toutes ces hormones de stress agissent sur le coeur, les poumons, les muscles et l’ensemble des organes pour mettre le corps en état de fuite ou de combat.

En état de veille maximale, il renforce la vigilance et les mécanismes cognitifs, et tout ce qui est utile est inhibé, comme la faim, le sommeil, les fonctions reprodructrices, la douleur…

Les yeux

Les pupilles dilatées par le stress témoignenet de l’état de vigilance maximum.

La bouche

Elle est le plus souvent sèche, traduisant l’état d’alarme de l’organisme.

Le front

Sous l’effet du stress, il peut perler de sueur.

Les cheveux

Ils se dressent quelquefois, ce qui est un réflexe ancestral pour effrayer l’adversaire.

Les mains

Elles sont généralement froides car, sous l’effet du stress, les vaisseaux se rétractent, permettant au sang d’affluer dans les organes vitaux.

Les muscles

Lors d’une agression, les muscles se paralysent ou tremblent.

Les intestins

Chez certaines personnes, les intestins se paralysent. Chez d’autres, ils effectuent des contractions intempestives et involontaires.

Le coeur

Sous l’effet du stress, la fréquence cardiaque s’accélère et la tension artérielle augmente.

Les poumons

L’amplitude respiratoire et le rythme de la respiration augmentent pour bien oxygéner les muscles qui sont alors prêts à agir.

La pression artérielle

Elle augmente ainsi que les contractions du coeur pour que le sang puisse alimenter les muscles et le cerveau.

Le foie

Sous l’effet du stress, il libère du sucre qu’il stocke habituellement sous forme de glycogène, également pour alimenter les muscles et le cerveau.

Les os

La production de cellules immunitaires baisse dans la moelle ossueuse comme dans les organes responsables de cette fonction.

Les muscles

Bien alimentés en glucose et bien oxygénés, les muscles développent un tonus maximal, prêts pour l’attaque ou la fuite.

Le temps de colonisation

Il diminue de manière à permettre au corps de cicatriser plus vite en cas de problème. Par ailleurs les phénomènes inflammatoires et allergiques sont également réduits.

Les surrénales

Sur ordre de l’hypothalamus, elle reçoivent un message par voie sanguine pour libérer dans le sang de l’adrénaline et des hormones glucocorticoïdes comme le cortisol. Cette hormone du stress fait augmenter le taux de glucose disponible dans le sang.

Toutes ces réactions ne prennent que quelques instants pour se mettre en place de façon inconsciente. Cet ensemble de réactions est très utile en cas de danger. Malheureusement, si le stress est trop fréquent, il finit par déprimer à la longue les défenses immunitaires et affaiblir l’organisme, surtout s’il est associé à un stress oxydatif.

Le stress oxydatif, une autre forme de stress

Toute situation, tout déséquilibre brutal, qu’il soit thermique, chimique, hormonal, etc, peut provoquer un stress appelé oxydatif.

Le corps développe pour se défendre une surproduction de cortisol face à des agents stresseurs comme le soleil, le tabac, l’alcool et même le sport. De nombreux nutriments sont également néfastes, tels les lipides polyinsaturés, surtout en cas de surpoids et s’ils ne sont pas accompagnés d’un régime riche en vitamines antioxydantes.

D’autres éléments peuvent provoquer un stress oxydatif, comme les polluants, les pesticides et certains métaux que l’on retrouve dans l’alimentation.

Le stress oxydatif crée une immunidépression qui a un effet négatif sur les cellules. L’excès de cortisol a pour effet d’augmenter le nombre de radicaux libres responsables d’altérations de l’ADN, des lipides de membranes et des protéines responsables des signaux cellulaires, favorisant ainsi la survenue de maladies et le vieillissement prématuré.

Le stress oxydatif est impliqué dans de nombreuses maladies : cancers, cataracte, maladies cardio-vasculaires, Alzheimer, sida… A l’heure actuelle, on ne sait toujours pas s’il est le témoin ou le coupable de ces problèmes de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *